• Bill Nelson

     Né un 18 décembre 1948, Bill Nelson est un chanteur britannique au talent multiple : guitariste, auteur-compositeur, producteur, peintre, artiste vidéo et musicien expérimental. Fondateur du groupe Be Bop Deluxe au début des année 1970, il a été décrit comme l'un des guitariste les plus sous-estimés du mouvement rock des années 1970.

    The Love That Whirls - 1982

    Il n'y a qu'une seule dualité en Bill Nelson, mais une quantité croissante en fonction de la complexité même du personnage. Celle de base est la plus simple : le dilettante d'une part, l'esthète de l'autre, l'attirance pour le rock, l'attrait pour " l'autre chose ", le tiraillement entre sa technique et sa soif de découvertes.

    De rock, Nelson a suffisamment montré son génie avec son premier groupe, Be Bop Deluxe, une formation qui pouvait démoder le mot "moderne" avant même qu'on la qualifie de telle. Be Bop Deluxe a eu ses moments de génie et puis Bill Nelson a décidé d'ouvrir lui même sa voie, avec Red Noise d'abord, un groupe qui ne lui a pas été essentiel, avant d'enfin pouvoir enregistrer et agir librement dès 1980. 
    A partir de là, il construit ses albums SEUL, jouant de TOUS les instruments avec une technique incroyable.
    Il est alors à ce point prolifique qu'il sort le double "Quit Freaming And Get On The Beam" puis l'oubliable "Das Kabinet..." et ensuite ce "Love Whrils"

    Si vous voulez savoir d'où XTC, The Cure, Wire et une centaine d'autres tirent leur système de composition, c'est chez Nelson que vous trouverez la réponse. Et les compositions de choix s'y bousculent, marquées pour la plupart de son amour grandissant pour les sonorités orientales ("A Private View). Il y a également un instrumental ("Perfect Beauty"), du rock ("Echos Arriving", 
    "Flaming Desire" et surtout "The October Man", qui évoque Bowie), le tout merveilleusement équuilibré et joué,versatile et soumis à des attaques de guitares et de synthés comme il est seul à les inventer. 

     

    Enregistrement 2011

    Un album terriblement moderne pour l'époque.

    « Fleetwood MacMike De Ville »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :